Les enjeux

Nitrates

Augmenter la taille de la  police Diminuer la taille de la  police Imprimer Envoyer a un ami Mots clefs

Les nitrates en se transformant en nitrites puis en acide nitreux peuvent potentiellement avoir deux conséquences graves pour la santé :

- formation de méthémoglobines qui empêche l'oxygène de se fixer aux hématies et qui entraine donc des déficiences respiratoires. Les personnes à risque sont principalement les femmes enceintes et les nourrissons de moins de 6 mois.

- formation de nitrosamines, molécules cancérigènes. Les nitrates présents naturellement dans les légumes n'entrainent pas la formation de nitrosamines grace aux vitamines C et E également présents dans les légumes.

Lorsqu'ils sont présents en excès dans le sol, les nitrates sont lessivés par les eaux de pluies et se retrouvent dans les nappes et les rivières.

Sur le bassin du Couesnon, ces excédents sont principalement dus à des apports agricoles trop importants liés aux épandages d'effluents d'élevage et d'engrais minéraux. Les fuites d'installations de stockage d'effluents tendent à diminuer grâce aux mises aux normes. Plus les cheptels sont importants, plus les concentrations en nitrates dans les cours d'eau sont élevées.

L'assainissement domestique et industriel est également une source de contamination mais reste insignifiante sur le bassin du Couesnon comparée à celle de l'agriculture.

Sur le bassin du Couesnon, les rivières les plus impactées sont la Guerge, le Tronçon et le Loison. Les concentrations en nitrates dans ces rivières sont bien au dessus de la norme européenne des 50 mg/l. La situation tend à s'améliorer sur les Echelles, la Tamoute, le Muez et l'amont du Couesnon mais reste cependant fragile. Sur les autres rivières les concentrations sont comprises entre 25 et 40 mg/l. Sur les cours d'eau des polders, où l'élevage est absent, les concentrations sont quasi nulles.